Intervenants

  • Michel Bazin, fondateur de la librairie Lucioles, formateur, animateur

 

Michel Bazin : " Au début, on avait un fonctionnement un peu baba cool ! "1976 : deux enseignants, Michel Bazin et Norbert Parazon, cherchant à oeuvrer pour le développement de la culture et le goût de la lecture, décident de créer une librairie.Ils la nomment LUCIOLES pour mettre en avant leur volonté de montrer que les livres peuvent contribuer à éclairer, même modestement, les esprits et le monde. Dès l’origine, il s’agit de s’affranchir de la grande ville de Lyon et de créer à Vienne un lieu de rencontre et d’échanges, un lieu militant où les titres proposés parlent de non-violence, de féminisme, d’éclogie… Le rayon jeunesse a d’emblée une place importante et propose des livres novateurs et inventifs que les autres libraires ne proposent pas(l’Ecole des Loisirs,le sourire qui mord, les éditions des Femmes…). En 1991 la librairie s’installe sur l’une des plus belles places de la ville, la « place du Palais » en face du célèbre Temple d’Auguste et de Livie édifié au 1er siècle avant J.C.

La même année la librairie crée le prix lucioles, qui va mettre en avant au fil des années des auteurs tels que Cormac McCarthy, Russell Banks, Henry Bauchau, Nancy Huston,Hella Haasse, Philippe Claudel, Yves Bichet, Haruki Murakami, Richard Ford… qui n’avaient pas encore au moment où ils recevaient le Prix Lucioles la reconnaissance du public. En 2011 Michel Bazin passe le flambeau à Renaud Junillon et Alain Bélier. Il continue à animer des rencontres à Lucioles

En  septembre 2016 la librairie fête ses 40 ans avec une grande fête en présence de nombreux auteurs et édite un livre (hors commerce) LA DANSE VIVANTE DES LUCIOLES regroupant plus de 40 textes écrits spécialement pour la librairie d’auteurs dont la venue à Lucioles au cours de ces années a été fondatrice. Pour en savoir plus rendez vous sur le site de la librairie Lucioles !

 

  • Jean-Paul Boutellier, fondateur de « Jazz à Vienne »

Jean-Paul-Boutellier photo

« Tombé dans le jazz » dans les années 50 en ondulant du bassin (si,si…) au cours de surboums organisées par ses aînés, Jean Paul Boutellier découvre la musique des grands orchestres, Count Basie, Duke Ellington… Et puis tout à coup, alors qu’il est à peine remis de sa « chute », il se trouve face à celle de Charlie Parker ! Ce Bird qui, au cours de l’une de ces nuits sans lune, va donc marquer au fer l’imaginaire de l’adolescent. Même s’il ne pratique pas d’instrument, Jean-Paul Boutellier sent immédiatement que cette musique va accompagner sa vie, à vie.

En collaborant avec diverses associations (notamment étudiantes), il programme quelques concerts au Palais d’Hiver. Tout cela à travers le Jazz Club de Lyon, l’association dont il est toujours président. Bientôt, ses responsabilités dans l’industrie chimique l’éloignent de Lyon. À son retour entre Rhône et Saône à la fin des années 70, il reprend l’organisation de concerts. Il en profite aussi pour convertir au jazz quelques hauts lieux lyonnais que sont le Théâtre du 8ème, l’Auditorium de Lyon, le Théâtre des Célestins, l’Opéra… Et toujours l’antre du BC Blues ou la Salle Rameau. Mais Lyon manque d’un véritable festival.

Trop occupée à Berlioz à cette époque, la Ville de Lyon, pourtant, n’est pas tentée. C’est donc à Vienne, où il habite, que Jean-Paul Boutellier fonde l’histoire du festival. Une première « Nuit du Blues » en 1980, et Jazz à Vienne naît enfin en 1981. Salué par ses pairs et collègues en 2005 lors des Victoires du Jazz pour la création du festival et l’ensemble de son « œuvre » pour le jazz en France, Jean-Paul Boutellier reste cependant discret quant à son engagement, préférant l’action à la communication. Aujourd’hui sa passion reste celle des premiers jours et l’encourage à poursuivre sans relâche.

(texte emprunté à France inter)

 


 

  • Elgia Boyer, naturopathe

Formée et dElgia Boyer photoiplômée au métier de naturopathe, Elgia accompagne les personnes vers le chemin de la santé et de la vitalité, en prenant en compte leur dimension physiologique et surtout psycho-émotionnelle. Passionnée par les plantes et l’alimentation, la naturopathie s’impose à elle comme une évidence.  Elle souhaite apporter au plus grand nombre cet accès naturel qu’est la naturopathie pour ses applications en hygiène de vie et hygiène alimentaire. C’est la raison pour laquelle,elle a diversifié son activité et apporte la transmission de ses connaissances et expériences dans le domaine de l’accompagnement naturel : consultation en cabinet, formatrice en réflexologie plantaire, formatrice en phytothérapie au sein d’établissement scolaire, animatrice d’ateliers en aromathérapie familial en cabinet. Aujourd’hui, Elgia souhaite apporter au  plus grand nombre, son expérience en aromathérapie lors de stage au sein d’associations.  Son site internet sur www.naturopathe-reflexologue-lyon.fr


 

  • Philippe Deschemin, écrivain et essayiste

photo P.Deschemin

Originaire de Provence, Philippe Deschemin a d’abord suivi une formation universitaire en sciences humaines à l’université Pierre Mendes-France de Grenoble, avant de s’engager dans un cursus professionnel aussi atypique que pittoresque. En 2013, il fonde le magazine culturel l’Incontournable Magazine, dont il assure la direction générale, tout en étant le rédacteur-en-chef.
Nourri par la pensée des grands auteurs et philosophes de l’émancipation, il se lance dans la littérature avec le roman d’anticipation sociale Contoyen, paru en 2014. Il a également publié la nouvelle orwellienne   Le parc des animaux  en 2014 aux éditions Le feu Sacré, et la nouvelle Rabotage en 2013.
Dès 2014, à travers plusieurs textes, il pose les jalons du plébéisme – à la fois un outil philosophique et courant de pensée  – qu’il situe dans une ligne directrice passant par La Boétie, Rousseau, Marx, et Debord.
Philippe Deschemin y développe une pensée philosophique dont la nécessité est d’être  cohérente tant au niveau conceptuel que dans son application pratique, avec un but avoué : l’avènement d’une société sans classes et égalitaire, émancipée de toute oppression et aliénation.

 

  • Bérenger Devise, professeur de sciences économiques

Diplômé de Sup de Co Reims, Bérenger Devise a commencé sa carrière dans un cabinet de recrutement parisien avant de monter le sien. Depuis 2013 il exerce le métier d’enseignant en lycée et dans l’enseignement supérieur.

En poste au sein du lycée Ella Fitzgerald depuis 2015,  il enseigne actuellement en BTS et en classe expérimentale techno-pro.


 

  • Pierre Douillet, professeur d’Histoire

Pierre Douillet a effectué une formation d’historien avec une maîtrise d’histoire (Université Lyon II) sur « les manières de boire à Lyon au XVIIIème siècle ».

Prof d’histoire géographie depuis 1995. Il a exercé dans différents établissement de la région et est actuellement en poste au lycée Ella Fitzgerald depuis 2002. il y met en oeuvre depuis 2006 des projets liés au Travail de mémoire des conflits du XXème siècle, il est depuis 2 ans le professeur principal de la classe expérimental techno-pro.


 

  • Gérard Jolivet, professeur d’histoire et géographie, conférencier

Gérard JolivetGérard Jolivet est professeur d’Histoire et Géographie, installé à Vienne depuis 1993, professeur au Collège de l’Isle de 2001 à 2009.Il a été animateur jusqu’en 2012 du Café philo créé par Noël Rugliano en 2001. Gérard a réalisé des entretiens avec Marcel Gauchet à Sciences-Po Lyon et à l’Institution Robin de Vienne. Animateur du Café-Citoyen qui réussit le tour de force de rassembler pour un grand débat à la Salle des Fêtes 7 candidats aux législatives de 2007 et la totalité des candidats aux municipales de 2008.Il est également conférencier aux Apprentis philosophes sur des sujets très divers: « Malaise dans la pensée occidentale : le romantisme »,  « la bêtise, d’après Deleuze », « l’affaire Dreyfus », « Sade, au Bonheur du Mal », »Qu’est-ce qui fait marcher les pèlerins ? « (analyse d’anthropologie religieuse), « L’extrême-droite, une histoire du ressentiment ». D’après l’oeuvre de Marcel Gauchet : »Esprit, es-tu là ? » (Le monde enchanté de la religion), « A l’Ouest de l’Eden » (De Luther à Robespierre, la sortie de la religion).Pour le 700° anniversaire du concile de Vienne, dont il a animé le colloque organisé par la société des Amis de Vienne « Le moment 1300, la fin d’un monde ? ». Pour le centième anniversaire de la 1° guerre mondiale, pour lequel il a organisé un cycle de conférences au théâtre de Vienne (Société des Amis de Vienne et Institut d’Histoire sociale de l’Isère rhodanienne) : « La Grande Guerre, charnière de la modernité ». Gérard a publié dans la revue de la Société des Amis de Vienne des articles en histoire sociale: « la société viennoise en 1849″, « le quartier Pipet : esquisse d’une micro-histoire », « Quand Vienne avait son quartier chaud », « Un atout précieux pour l’histoire viennoise : l’Institut d’histoire sociale de l’Isère rhodanienne », « la CGT viennoise dans la grande guerre » (4 articles) 


 

  • Lilian Mathieu, sociologue et chercheur au CNRS

photo-LMathieuLilian Mathieu est sociologue et directeur de recherche au CNRS. Membre du Centre Max Weber.
Il travaille principalement sur les mouvements sociaux, et plus spécialement sur les mobilisations de groupes à faibles ressources politiques, ainsi que sur le monde de la prostitution et les débats, mobilisations et politiques dont il est l’objet. Il co-dirige avec Philippe Corcuff la collection « Petite encyclopédie critique » aux éditions Textuel.

 

 

 

Quelques livres :


 

  • Séverine Meunier, pédopsychiatre

Photo Séverine MeunierSéverine Meunier est médecin pédopsychiatre, ancienne interne et assistante spécialiste des hôpitaux de Lyon, Depuis 2002, pédopsychiatre au CAMSP (centre d’action médico sociale précoce) de Vienne, qui s’occupe de soins pluridisciplinaires d’enfants en situation de handicap. Elle a travaillé 10 ans à l’hôpital de Vienne dans le service de pédopsychiatrie, qu’elle a quitté en 2015, pour monter son cabinet au centre de Vienne. Spécialisée dans la petite enfance, s’intéresse particulièrement aux troubles relationnels précoces, aux interactions primaires entre le bébé et son entourage. »

 

 


 

  • Christophe Ramain, auteur, essayiste, journaliste, artiste performer
Photo Christophe RamainChristophe Ramain est auteur, artiste performer, journaliste et essayiste.
Christophe Ramain a suivi un cursus universitaire en psychologie, criminologie et sociologie des organisations. Ces thématiques resteront à la source de son travail artistique.
Il a écrit pour plusieurs webzines sur des thèmes variés comme la musique, les technologies de l’information ou encore  les sexualités alternatives. Les performances qu’il a organisées et réalisées questionnent d’ailleurs les thématiques de la soumission et de la domination.
Sa réflexion, en cohérence avec son parcours professionnel et universitaire, s’oriente autour de thématiques aussi larges que la sexualité et le genre dans le champ politique ou l’analyse de l’organisation des système sociaux.
En 2008, il co-fonde l’un des premiers media en ligne français entièrement consacrées aux sexualités alternatives.
En 2009, Il publie avec Anthony Sibenaler le recueil « Ornithorique mon Amour », influencé par la poésie contemporaine. ( le recueil a rencontré un certain succès auprès du milieu universitaire grâce à ses lecteurs.)
En 2013, il publie la nouvelle « Mnésis » dans le premier numéro de l’Incontournable Magazine, une nouvelle qui relate les aventures d’un jeune toxicomane à la recherche de son passé.
En 2014 il est l’un des douze auteurs du projet Reset – Une contre-histoire de Lyon pour lequel il publie « Catacombes », une nouvelle horrifique qualifiée de « Lovecraftienne » par Rue89 et entrainant le lecteur dans le dédale d’un Lyon souterrain.
En 2014 également, il signe la post-face de « Contoyen », roman d’anticipation de Philippe Deschemin.
En 2015, il est commissaire de l’exposition L’Accord du Genre pour l’Institut des Beaux Arts de Besançon et présente les travaux des artistes Romuald&PJ.
En marge de son travail de recherche et d’artiste, Christophe est Responsable du développement de l’Incontournable Magazine depuis 2014. Il est  enseignant et consultant en organisation et collabore régulièrement avec plusieurs médias en tant que rédacteur sur des thématiques variées.

 

  • Valérie Pallanca, avocate

Md-Pallanca-ValerieMaître Pallanca Valérie implantée à Vienne, a prêté serment en 1999 et a créé son cabinet en 2000.
Maître Pallanca est inscrite au Barreau de Vienne. Elle est spécialisée en droit social et droit de la famille
Elle est diplômée de l’Institut Politique d’Aix-en-Provence

 

 

 

 

 


 

  • Tân Pham Quang, praticien de médecine traditionnelle chinoise

Tân photo

Formé en France et en Chine, Tân PHAM QUANG pratique à Lyon la médecine traditionnelle chinoise (MTC). Conférencier et enseignant de Tuina, d’acupuncture et de pharmacopée, il a formé de nombreux praticiens. D’autre part, il est convaincu que la pratique du Qi Gong s’accorde remarquablement à la musique et à la poésie afin de sublimer les spécificités culturelles et de féconder les valeurs humanistes.

Site : http://daodejing.free.fr/

 

 


 

Représentée par Nassima Remouche

Nassima

logo CIE

L’association Conscience et Impact Écologique compte actuellement une centaine d’adhérents. Elle est présente sur le Rhône, la Loire et le Vaucluse. Son objectif est d’accompagner la transition écologique de la société et en particulier en montrant la pertinence de l’échelle individuelle comme moteur de changement. Notre slogan illustre parfaitement cette idée : « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui les regardent sans rien faire » Albert Einstein. L’association CIE rassemble des jeunes venant d’horizons très différents : des lycéens, des étudiants, de jeunes actifs ; tous souhaitent agir face aux enjeux environnementaux et, plus largement, sociétaux. Nous sommes convaincus que l’individu est la clé du changement car il est à la base de la société. Nous estimons qu’information et transition écologique peuvent et doivent s’accorder. Ce sont ces constats qui sont à la base de notre activité.


 

  • Quentin Bazin, doctorant 

La formation de Quentin à la philosophie et à l’histoire de l’art s’est faite dans les universités Lyon II et Lyon III. Ses mémoires de recherche portaient sur les cabinets de curiosités et les jardins dans la pensée de l’écologie. Sa thèse financée par le conseil régional, qui fait chaque année un choix drastique des travaux qu’elle encourage, étudie la portée philosophique et politique de l’art brut. Pour comprendre pleinement cette portée, Quentin part de l’hypothèse qu’il faut l’appréhender au travers d’une « écologie esthétique », composée à partir d’outils prélevés chez Félix Guattari, Gilbert Simondon, Fernand Deligny, Jacques Rancière, Isabelle Stengers, entre autres…

Quentin développe une philosophie de l’écologie, dans le sens où, pour être à la hauteur de ce que nous avons à penser et à faire aujourd’hui, les propos sur l’écologie ne peuvent pas s’en tenir seulement à l’environnement (climat, énergie, biodiversité), mais doivent déborder et s’étendre aux sphères sociales et subjectives. Par ces efforts de redéfinition et d’expérimentation d’une écologie élargie, gageons que nous développerons peu à peu des rapports plus joyeux et émancipés aux diverses formes de l’altérité.