Franck Lepage : « Inculture(s) 1 »

Franck Lepage : « Inculture(s) 1 »

Franck Lepage vient présenter « Incultures 1 : l’Education populaire, Monsieur, ils n’en ont pas voulu.. »

 

Le vendredi 19 janvier 2018 à la salle Jean Marion de Chasse sur Rhône, à partir de 19h

« Un philosophe maintenant oublié, Herbert Marcuse, nous mettait en garde : nous ne pourrions bientôt plus critiquer efficacement le capitalisme, parce que nous n’aurions plus de mots pour le désigner négativement. 30 ans plus tard, le capitalisme s’appelle développement, la domination s’appelle partenariat, l’exploitation, gestion des ressources humaines, et l’aliénation s’appelle projet. Des mots qui ne nous permettent plus de penser la réalité, mais simplement de nous y adapter en l’approuvant à l’infini. Des « concepts opérationnels » qui nous font désirer le nouvel esprit du capitalisme, alors même que nous pensons naivement le combattre. Comme le prévoyait Guy Debord : « tout ce qui est bon apparait, tout ce qui apparait est bon »

« Incultures » est une autre histoire de la France démocratique, culturelle, sociale, éducative, civique,politique, citoyenne, décentralisée, partenariale, associative, européenne, et mondialisée … Bref, une autre histoire du capitalisme. »

Propulsé par HelloAsso

Franck Lepage a été jusqu’en 2000 directeur des programmes à la Fédération française des Maisons des jeunes et de la culture et chargé de recherche associé à l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire. En 2007, il est l’un des fondateurs de la coopérative d’éducation populaire Le Pavé. Il crée une première « conférence gesticulée » en 2006, un spectacle mêlant des éléments auto-biographiques de son expérience professionnelle et des référence académiques (en sociologie notamment), lui permettant de développer une vision critique du rôle de la culture institutionnelle. Par suite, il accompagne d’autres personnes au sein de coopératives d’éducation populaires, traitant de divers thèmes liant expérience personnelle et analyse critique, et ses « conférences gesticulées » connaissent un succès croissant entre 2006 et 2014.

En 2012, il se définit comme militant politique : « Je suis militant politique, pas artiste. […] Artiste, c’est un statut social. Mais le système refuse de me voir comme un militant : sur Wikipédia, je suis « un humoriste français ». L’art, la culture détruisent la politique. »

Il quitte la SCOP Le Pavé en avril 2012 pour se consacrer pleinement à l’accompagnement des conférences gesticulées au sein de La Grenaille avant de réintégrer le réseau en 2014.

L’auto-dissolution du Pavé en décembre 2014 le voit cofonder une nouvelle structure d’éducation populaire politique baptisée « L’Ardeur » avec un groupe de conférenciers gesticulants radicaux. Elle voit le jour en 2015 et se concentre sur l’action avec les syndicats, la formation de nouvelles conférences gesticulées et l’édition d’outils militants.

source Wikipedia

Le site de l’Ardeur : http://www.ardeur.net/

%d blogueurs aiment cette page :