Nos intervenants

Nos intervenants

Tous les intervenants bénévoles de l’UPOP ont un point commun : la passion de transmettre, la volonté de faire savoir.

Nos intervenants, par ordre alphabétique :

Jean-Julien Aumercier, professeur de philosophie

Jean-Julien Aumercier, professeur agrégé de philosophie, enseignant au lycée Ella Fitzgerald de Saint Romain en Gal. Il s’est spécialisé dans le domaine de l’esthétique et de la philosophie de l’art.

 

 

 

Roger Baillet, Ex-Professeur titulaire de langue, littérature et civilisation italiennes à l’Université de Lyon III.

Après une carrière universitaire classique de 1966 à 1998 (thèse sur le Roland Furieux de l’Arioste ; publication de plusieurs essais  : De Gaulle et Machiavel ; Le Mythe de Don Juan), il décide de se consacrer à l’écriture de l’imaginaire (publication de trois romans aux éditions L’harmattan : Michel-Ange,  ou la sculpture de l’être ; Vivaldi, ou l’évanescence de l’être ; La petite comédie)

 

 

Michel Bazin, fondateur de la librairie Lucioles, formateur, animateur

Michel Bazin : " Au début, on avait un fonctionnement un peu baba cool ! "1976 : deux enseignants, Michel Bazin et Norbert Parazon, cherchant à oeuvrer pour le développement de la culture et le goût de la lecture, décident de créer une librairie.Ils la nomment LUCIOLES pour mettre en avant leur volonté de montrer que les livres peuvent contribuer à éclairer, même modestement, les esprits et le monde. Dès l’origine, il s’agit de s’affranchir de la grande ville de Lyon et de créer à Vienne un lieu de rencontre et d’échanges, un lieu militant où les titres proposés parlent de non-violence, de féminisme, d’éclogie… Le rayon jeunesse a d’emblée une place importante et propose des livres novateurs et inventifs que les autres libraires ne proposent pas(l’Ecole des Loisirs,le sourire qui mord, les éditions des Femmes…). En 1991 la librairie s’installe sur l’une des plus belles places de la ville, la « place du Palais » en face du célèbre Temple d’Auguste et de Livie édifié au 1er siècle avant J.C.

La même année la librairie crée le prix lucioles, qui va mettre en avant au fil des années des auteurs tels que Cormac McCarthy, Russell Banks, Henry Bauchau, Nancy Huston,Hella Haasse, Philippe Claudel, Yves Bichet, Haruki Murakami, Richard Ford… qui n’avaient pas encore au moment où ils recevaient le Prix Lucioles la reconnaissance du public. En 2011 Michel Bazin passe le flambeau à Renaud Junillon et Alain Bélier. Il continue à animer des rencontres à Lucioles

En  septembre 2016 la librairie fête ses 40 ans avec une grande fête en présence de nombreux auteurs et édite un livre (hors commerce) LA DANSE VIVANTE DES LUCIOLES regroupant plus de 40 textes écrits spécialement pour la librairie d’auteurs dont la venue à Lucioles au cours de ces années a été fondatrice. Pour en savoir plus rendez vous sur le site de la librairie Lucioles !

 

Quentin Bazin, doctorant 

La formation de Quentin à la philosophie et à l’histoire de l’art s’est faite dans les universités Lyon II et Lyon III. Ses mémoires de recherche portaient sur les cabinets de curiosités et les jardins dans la pensée de l’écologie. Sa thèse financée par le conseil régional, qui fait chaque année un choix drastique des travaux qu’elle encourage, étudie la portée philosophique et politique de l’art brut. Pour comprendre pleinement cette portée, Quentin part de l’hypothèse qu’il faut l’appréhender au travers d’une « écologie esthétique », composée à partir d’outils prélevés chez Félix Guattari, Gilbert Simondon, Fernand Deligny, Jacques Rancière, Isabelle Stengers, entre autres…

Quentin développe une philosophie de l’écologie, dans le sens où, pour être à la hauteur de ce que nous avons à penser et à faire aujourd’hui, les propos sur l’écologie ne peuvent pas s’en tenir seulement à l’environnement (climat, énergie, biodiversité), mais doivent déborder et s’étendre aux sphères sociales et subjectives. Par ces efforts de redéfinition et d’expérimentation d’une écologie élargie, gageons que nous développerons peu à peu des rapports plus joyeux et émancipés aux diverses formes de l’altérité.

Jean-Paul Boutellier, fondateur de « Jazz à Vienne »

Jean-Paul-Boutellier photo« Tombé dans le jazz » dans les années 50 en ondulant du bassin (si,si…) au cours de surboums organisées par ses aînés, Jean Paul Boutellier découvre la musique des grands orchestres, Count Basie, Duke Ellington… Et puis tout à coup, alors qu’il est à peine remis de sa « chute », il se trouve face à celle de Charlie Parker ! Ce Bird qui, au cours de l’une de ces nuits sans lune, va donc marquer au fer l’imaginaire de l’adolescent. Même s’il ne pratique pas d’instrument, Jean-Paul Boutellier sent immédiatement que cette musique va accompagner sa vie, à vie.

En collaborant avec diverses associations (notamment étudiantes), il programme quelques concerts au Palais d’Hiver. Tout cela à travers le Jazz Club de Lyon, l’association dont il est toujours président. Bientôt, ses responsabilités dans l’industrie chimique l’éloignent de Lyon. À son retour entre Rhône et Saône à la fin des années 70, il reprend l’organisation de concerts. Il en profite aussi pour convertir au jazz quelques hauts lieux lyonnais que sont le Théâtre du 8ème, l’Auditorium de Lyon, le Théâtre des Célestins, l’Opéra… Et toujours l’antre du BC Blues ou la Salle Rameau. Mais Lyon manque d’un véritable festival.

Trop occupée à Berlioz à cette époque, la Ville de Lyon, pourtant, n’est pas tentée. C’est donc à Vienne, où il habite, que Jean-Paul Boutellier fonde l’histoire du festival. Une première « Nuit du Blues » en 1980, et Jazz à Vienne naît enfin en 1981. Salué par ses pairs et collègues en 2005 lors des Victoires du Jazz pour la création du festival et l’ensemble de son « œuvre » pour le jazz en France, Jean-Paul Boutellier reste cependant discret quant à son engagement, préférant l’action à la communication. Aujourd’hui sa passion reste celle des premiers jours et l’encourage à poursuivre sans relâche.

(copyright France inter)

 

Elgia Boyer, naturopathe

Formée et dElgia Boyer photoiplômée au métier de naturopathe, Elgia accompagne les personnes vers le chemin de la santé et de la vitalité, en prenant en compte leur dimension physiologique et surtout psycho-émotionnelle. Passionnée par les plantes et l’alimentation, la naturopathie s’impose à elle comme une évidence.  Elle souhaite apporter au plus grand nombre cet accès naturel qu’est la naturopathie pour ses applications en hygiène de vie et hygiène alimentaire. C’est la raison pour laquelle,elle a diversifié son activité et apporte la transmission de ses connaissances et expériences dans le domaine de l’accompagnement naturel : consultation en cabinet, formatrice en réflexologie plantaire, formatrice en phytothérapie au sein d’établissement scolaire, animatrice d’ateliers en aromathérapie familial en cabinet. Aujourd’hui, Elgia souhaite apporter au  plus grand nombre, son expérience en aromathérapie lors de stage au sein d’associations.  Son site internet sur www.naturopathe-reflexologue-lyon.fr

 

Bérenger Devise, professeur de sciences économiques

Diplômé de Sup de Co Reims, Bérenger Devise a commencé sa carrière dans un cabinet de recrutement parisien avant de monter le sien. Depuis 2013 il exerce le métier d’enseignant en lycée et dans l’enseignement supérieur.

En poste au sein du lycée Ella Fitzgerald depuis 2015,  il enseigne actuellement en BTS et en classe expérimentale techno-pro.

 

Pierre Douillet, professeur d’Histoire

Pierre Douillet a effectué une formation d’historien avec une maîtrise d’histoire (Université Lyon II) sur « les manières de boire à Lyon au XVIIIème siècle ».

Prof d’histoire géographie depuis 1995. Il a exercé dans différents établissement de la région et est actuellement en poste au lycée Ella Fitzgerald depuis 2002. il y met en oeuvre depuis 2006 des projets liés au Travail de mémoire des conflits du XXème siècle, il est depuis 2 ans le professeur principal de la classe expérimental techno-pro.

 

Gérard Jolivet, professeur d’histoire et géographie, conférencier

Gérard JolivetGérard Jolivet est professeur d’Histoire et Géographie, installé à Vienne depuis 1993, professeur au Collège de l’Isle de 2001 à 2009.Il a été animateur jusqu’en 2012 du Café philo créé par Noël Rugliano en 2001. Gérard a réalisé des entretiens avec Marcel Gauchet à Sciences-Po Lyon et à l’Institution Robin de Vienne. Animateur du Café-Citoyen qui réussit le tour de force de rassembler pour un grand débat à la Salle des Fêtes 7 candidats aux législatives de 2007 et la totalité des candidats aux municipales de 2008.Il est également conférencier aux Apprentis philosophes sur des sujets très divers: « Malaise dans la pensée occidentale : le romantisme »,  « la bêtise, d’après Deleuze », « l’affaire Dreyfus », « Sade, au Bonheur du Mal », »Qu’est-ce qui fait marcher les pèlerins ? « (analyse d’anthropologie religieuse), « L’extrême-droite, une histoire du ressentiment ». D’après l’oeuvre de Marcel Gauchet : »Esprit, es-tu là ? » (Le monde enchanté de la religion), « A l’Ouest de l’Eden » (De Luther à Robespierre, la sortie de la religion).Pour le 700° anniversaire du concile de Vienne, dont il a animé le colloque organisé par la société des Amis de Vienne « Le moment 1300, la fin d’un monde ? ». Pour le centième anniversaire de la 1° guerre mondiale, pour lequel il a organisé un cycle de conférences au théâtre de Vienne (Société des Amis de Vienne et Institut d’Histoire sociale de l’Isère rhodanienne) : « La Grande Guerre, charnière de la modernité ». Gérard a publié dans la revue de la Société des Amis de Vienne des articles en histoire sociale: « la société viennoise en 1849″, « le quartier Pipet : esquisse d’une micro-histoire », « Quand Vienne avait son quartier chaud », « Un atout précieux pour l’histoire viennoise : l’Institut d’histoire sociale de l’Isère rhodanienne », « la CGT viennoise

 

Lyon Bondy blog, journal citoyen et participatif

 

 

 

 

 

 

 

Vincent Mabillot, maître de conférences en sciences de l’information et communication à l’Université Lyon II

Quelques publications : 

2011 : « Os de là, la transcendance des environnements informatiques », Actes du colloque Identity and intercultural communication , Bucarest
2011 : essai sémio-médiologique de la diversité des interfaces des systèmes d’exploitation informatiques.
2010 : « Baladodiffusion à l’université, innovation ou soumission pédagogique de l’enseignant-chercheur »,  in Enjeux politiques du document numérique. Paris : ADBS. Association des professionnels de l’information et de la documentation, 2010.
2008 : « Compétences sur l’Internet : Adaptation, résistance des utilisateurs de P2P et mobilisation des internautes pour intervenir dans le débat public », (en collaboration avec Geneviève Vidal), in « Enjeux et usages des technologies de l’information et de la communication, Médias et diffusion de l’information : vers une société ouverte (sous la direction de M. Meimaris et D. Gouscos), pp. 466-476, tome 1 des actes du colloque international EUTIC 2007, Athènes 7/8/9 Novembre 2007
2006 : « Les contours impermanents de la bulle ludique », chapitre dans un « Le Game Design des jeux vidéos » sous la direction de Sébastien Genvo, L’Harmattan
2006 : « Culture de la crise, adaptation et résistance des utilisateurs des réseaux peer-to-peer », Avec Genviève Vidal, Terminal, n°97-98, été 2006, pp. 85-94
2006 : « Dispositifs, wikis dans les systèmes de publication collective: contours d’une malléabilité éditoriale », Document numérique et société:

Actes de la conférence DocSoc – 2006: semaine du document numérique, Paris, ADBS, pp. 149-167.
2003 « Les proximités de l’interactivité », in Communication & langages N°138, Armand Colin, Paris

Le site de Vincent Mabillot : http://vincent.mabillot.net/

 

Lilian Mathieu, sociologue et chercheur au CNRS

photo-LMathieuLilian Mathieu est sociologue et directeur de recherche au CNRS. Membre du Centre Max Weber.
Il travaille principalement sur les mouvements sociaux, et plus spécialement sur les mobilisations de groupes à faibles ressources politiques, ainsi que sur le monde de la prostitution et les débats, mobilisations et politiques dont il est l’objet. Il co-dirige avec Philippe Corcuff la collection « Petite encyclopédie critique » aux éditions Textuel.

Quelques livres :

 

Claude Mutafian, docteur en Histoire

Claude Mutafian est également maître de conférence en mathématiques à l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne.

 

 

 

Quelques livres :

  • Le défi algébriquet. 1, Vuibert,  
  • Le défi algébriquet. 2, Vuibert,  
  • La structure vectorielle, Vuibert, Paris, 1979
  • Les applications linéaires, Vuibert, Paris, 1979
  • Équations algébriques et théorie de Galois, Vuibert, Paris, 1980
  • Gwyneth Jones, Trésors de l’Opéra, Paris, 1980
  • La Cilicie au carrefour des empires, 2 tomes, Les Belles Lettres, Paris, 1988
  • Avec Patrick Donabédian Le Karabagh : une terre arménienne en Azerbaïdjan, Groupement pour les Droits des Minorités, Paris, 1989
  • Zareh Mutafian : 1907-1980, Ader, Paris, 1990
  • Avec Patrick Donabédian Artsakh : histoire du Karabagh, Sevig Press, Paris, 1991 
  • Avec Catherine Otten-Froux  Le royaume arménien de Cilicie : xiie – xive siècle, CNRS, Paris, 1993
  • Avec Levon Chorbajian, Patrick DonabédianThe Caucasian knot : the history & geopolitics of Nagorno-Karabagh, Zed Books, 1994
  • Un aperçu sur le génocide des Arméniens, Sevig Press, Paris, 1995
  • Claude Mutafian (dir.), Roma-Armenia (catalogue de l’exposition), De Luca, Rome, 1999
  • (sous la dir. de Michel Balard), Recherches sur l’Arménie cilicienne : La diplomatie arménienne au Levant à l’époque des Croisades (xiie – xive siècle), thèse de doctorat : histoire, Paris 1, 2002
  • Avec Éric Van Lauwe, Atlas historique de l’Arménie, Autrement, coll. « Atlas / Mémoires », 2005
  • Le génocide des Arméniens : 90 ans après : 1915-2005, Conseil de coordination des organisations arméniennes de France, Lyon, 2005
  • Avec Antoine Agoudjian, et Raymond H. Kévorkian, Les yeux brûlants — Mémoire des Arméniens, Actes Sud, Arles, 2006
  • Avec Vincent Doom , Portrait d’Arménie : par un abbé normand, Gabriel Bretocq, 1918-1922 : de la Cilicie à la principauté d’Antioche (catalogue de l’exposition), Somogy édition d’art, Paris, 2007
  • Arménie, la magie de l’écrit, Somogy, Paris, 2007
  • Avec Patrick Donabédian  Les douze capitales d’Arménie, Somogy éditions d’art, Paris, 2010

 

Christophe Ramain, auteur, essayiste, journaliste, artiste performer

Photo Christophe RamainChristophe Ramain est auteur, artiste performer, journaliste et essayiste.
Christophe Ramain a suivi un cursus universitaire en psychologie, criminologie et sociologie des organisations. Ces thématiques resteront à la source de son travail artistique.
Il a écrit pour plusieurs webzines sur des thèmes variés comme la musique, les technologies de l’information ou encore  les sexualités alternatives. Les performances qu’il a organisées et réalisées questionnent d’ailleurs les thématiques de la soumission et de la domination.
Sa réflexion, en cohérence avec son parcours professionnel et universitaire, s’oriente autour de thématiques aussi larges que la sexualité et le genre dans le champ politique ou l’analyse de l’organisation des système sociaux.
En 2008, il co-fonde l’un des premiers media en ligne français entièrement consacrées aux sexualités alternatives.
En 2009, Il publie avec Anthony Sibenaler le recueil « Ornithorique mon Amour », influencé par la poésie contemporaine. ( le recueil a rencontré un certain succès auprès du milieu universitaire grâce à ses lecteurs.)
En 2013, il publie la nouvelle « Mnésis » dans le premier numéro de l’Incontournable Magazine, une nouvelle qui relate les aventures d’un jeune toxicomane à la recherche de son passé.
En 2014 il est l’un des douze auteurs du projet Reset – Une contre-histoire de Lyon pour lequel il publie « Catacombes », une nouvelle horrifique qualifiée de « Lovecraftienne » par Rue89 et entrainant le lecteur dans le dédale d’un Lyon souterrain.
En 2014 également, il signe la post-face de « Contoyen », roman d’anticipation de Philippe Deschemin.
En 2015, il est commissaire de l’exposition L’Accord du Genre pour l’Institut des Beaux Arts de Besançon et présente les travaux des artistes Romuald&PJ.
En marge de son travail de recherche et d’artiste, Christophe est Responsable du développement de l’Incontournable Magazine depuis 2014. Il est  enseignant et consultant en organisation et collabore régulièrement avec plusieurs médias en tant que rédacteur sur des thématiques variées.

 

Valérie Pallanca, avocate

Md-Pallanca-ValerieMaître Pallanca Valérie implantée à Vienne, a prêté serment en 1999 et a créé son cabinet en 2000.
Maître Pallanca est inscrite au Barreau de Vienne. Elle est spécialisée en droit social et droit de la famille
Elle est diplômée de l’Institut Politique d’Aix-en-Provence

 

 

 

Sylvie Tarantino, écotoxicologue et apicultrice

Elle crée en 2010 l’entreprise Toxibionte orientée sur les problématiques de santé environnementale, d’ (éco) toxicité. Titulaire du DEA de « Toxicologie de l’environnement » elle a remporté le Trophée Rhône Alpes des éco-innovations 2010 – 2ème coup de cœur du jury sur un projet éco-innovant en lien avec l’abeille, soutenu par la région et le programme INNOV’R®. Elle se diversifie en proposant ses services sur des aspects plus règlementaires tel que l’évaluation de l’ (éco) toxicité, la sécurité de produits (ex : cosmétiques artisanaux), etc. ; mais aussi en tant que formatrice. Elle enseigne l’écotoxicologie à des élèves ingénieurs, et propose des formations (continues ou particuliers) alliant écotoxicité, règlementation, métier, etc. selon le besoin.

Une seconde activité voit le jour par la création d’une petite exploitation apicole. C’est par passion pour le monde des insectes, qu’elle s’engage dans l’apiculture. Outre une 1ère ébauche de la pratique apicole en relation avec des études scientifiques en 2000, elle se lance en 2010 dans la gestion apicole et c’est fin 2014 que l’entreprise agricole voit le jour. « Au rucher Tarantino » est née par le développement du cheptel et par l’envie de produire par soi-même des produits naturels, de qualités, français, « fait main ». Du fait de sa formation et soucieuse des contaminations environnementales, des analyses toxicologiques sont souvent réalisées. L’entreprise se veut écoresponsable, avec un élevage en respect de l’animal et de son environnement. En 2016, elle s’engage dans le développement de l’abeille noire française Apis mellifera mellifera, et un rucher en ruches sauvages, projet amorcé par un financement participatif «  Rucher sauvage et abeilles noires ».

%d blogueurs aiment cette page :